Páginas vistas en total

domingo, 17 de enero de 2010

Jane Birkin Revisited


Photo du Disque de Jane Birkin "Rendez-Vous".

Photo d´un de ses concerts à Girona. Source: www.20minutes.es


Jane Birkin était venue vers le Sud en 2008. Elle a visité Madrid, Girona et Barcelone pour la promotion de sa tournée en Europe, "Rendez-Vous". Elle disait se sentir trop fatiguée. Rien à voir avec son passé. Le temps nous crâche dessus et nous aurons beau faire, nos actes et nos faits vécus nous poursuivent et sont toujours présents. Comme des phantômes. Elle ne veut plus entendre parler de "Je t´aime, moi non plus" et de la follie des années 70 qui sont à nouveau un peu idéalisées ou idolatrées, comme tous les temps passés: le Jazz Age des années 20, par exemple à Paris où d´autres périodes de grand impacte culturel et artistique ont eu lieu. Elle dit en avoir marre de ce passé duquel on continue à l´interroger. Pourquoi renier d´un passé qui l´a construite, qui l´a aidé à être ce qu´elle est aujourd´hui? C´est ce qu´elle a dit à Madrid, au Círculo de Bellas Artes. Sans doûte nous idéalisons peut-être sa vie de Muse, son image d´icone Pop et sensuel, cette vie à côté de Serge, mais qu´à elle seule lui appartient vraiment: et c´était peut-être dur, très dur, même à la fin quand il étai devenu victime du personnage que lui même il avait créer et qui entraînait en même temps tous ceux qui étaient près de lui? Maintenant, elle lutte et défend les plus négligés, les causes solidaires, comme beaucoup d´artistes font, à ses très bien portées soixantes années. Elle chante pour les causes injustes, dénonçant la douleur des pays qui souffrent de la tyrannie des états totalitaires. Serge aurait, lui aussi, bien aimé être là. . . Ou non. Beauté, elle en a toujours. La musique l´accompagne, mais en nous obstinant à jouer à être un, ou une autre, en déchirant et changeant la peau qui nous gratte et qui se pourrit, ce n´est pas suffisant. Nous ne pouvons pas empêcher d´être qui nous sommes vraiment: et Jane sera toujours Birkin, par dessus elle même et aussi un peu Serge. Elle "non plus." On l´aime toujours partout: en France beaucoup, je crois bien. En Espagne, elle est venue trop tard car elle ne pouvait pas venir pendant ces années où tout était presqu´interdit. La nostalagie de ce passé enfui fait qu´elle recoive des prix de ciné europeén, par exemple à Santiago de Compostela. Mais c´est une autre cette femme qui sourit des yeux: la nostalgie tue nos coeurs brisés. Les réponses à beaucoup de questions vous pouvez les trouver sur
www.elpais.com/cultural/o8

2 comentarios:

  1. hey! j'ai parcouru ton blog et j'ai beaucoup aimé! très beaux textes et très belles photos, c'est passionnant de voir tous ces films tournés à Paris... Alors je vois que tu est fan de la famille Gainsbourg :)! moi j'ai aussi une sorte de fascination pour Jane Birkin, je ne me lasse pas de l'écouter, voir des films et des photos où elle apparâit...
    hasta la próxima!:)

    ResponderEliminar
  2. Merci pour ton apréciation sur mon blog et les textes, surtout. Ton blog est super aussi. Tu as de la chance de vivre Paris et son Art directement. Oui, j´adore Gainsbourg et sa musique, ainsi que celle de la Birkin. Ça se voi bien. `Hasta pronto

    ResponderEliminar