Páginas vistas en total

martes, 28 de julio de 2009

Pourquoi les amants courent t´ils toujours dans la Ville? Comme en fugue. Peut- être c´est un élan vers le vide, la joie, le bout de tout: Paris n´est pas la fin du monde. Jules et Jim. Dir. François Truffaut (1961). Avec Jeanne Moreau.

C´est vrai, "Catherine était facile à être séduite. Le difficile c´était la retenir." Pourquoi, même les nouvelles génerations regardent à nouveau tous ces films comme si c´était leur "première fois" en tout? Alors, c´était la Nouvelle Vague. Moderne, libérale... En Espagne, tout était interdit à l´epoque. Aujourd´hui, ces films ne sont plus modernes ( ou au contraire ils me semblent plus modernes que jamais) . Il y a Pedro Almodovar pour ça: pour continuer à épater, quand il n´est pas trop sentimental, des fois. La Nouvelle Vague est devenue une référence de culte classique, avec ses drames réinterprétés/récrits/copiés un peu/ car il nous manque, me semble t´il, de l´imagination, malgré tous nos moyens digitales ou autres ressources. Rien nous épate aujourd´hui, ou surprend, quand on au contraire on voit qu´on aime sublimer des images atroces de films qui montrent des scènes d´horreur outrageantes avec porno de sang et de corps sacrifiés par plaisir, dont les ados, et pas ados, ont raffolent. Ceux qui n´ont pas connus la vraie souffrance: les misères des guerres, des gens mutilés. La souffrance devient, il parait, un objet de culte esthétique: vide absolu. On ferait mieux, peut- être, de les inviter, voir tous ces films en noir et blanc qui ne se passent même plus... aux télés, en plague d´images pourries. La plupart des cinéphiles européens ont eté éduquées dans le noir et blanc par les films à la téle. C´est pour cela qu´on doit aller maintenant aux cinémathèques (comme le jeune de The Dreamers) et récupérer nos films de la vieille Europe grise qui se donnait des grands airs de liberté et libéralisme sexuel et passionnant. Il y a des années le corps était un temple: aujourd´hui Jeanne Moreau se demande peut- être où est Catherine? Il doit bien avoir encore des Catherines, comme chez Bertolucci (The Dreamers)... Ou des Catherines Deneuves, blondes et parfaites et un peu perverses en rôle de Belle de Jour (Dir. Luis Buñuel), pour perpétuer un language que tout le monde dit connaître, mais que très peux parlent vraiment. Il y avait sans doute une naïveté dans ces histoires d´amours semi- brutales, qui traversaient L´Europe pour montrer en noir et blanc les couleurs secrètes du sexe ardent, au Sud qui tremblait et rêvait d´être libre. Ce n ´est pas si lointain que ça: il y avait une certaine innocence complexe dans ces histoires filmées, une innocence dont peut-être nous manquons de nos jours, et c´est pour cela que nous nous retournons vers ces images vues de loin, comme si elles nous appartenaient vraiment. Pas de regrets, pas de nostalgie en bleu, mais nous avons besoin de récrire l´Amour en Europe, entre le Sud et le Nord...

No hay comentarios:

Publicar un comentario